Actualités

Du fœtus au nouveau-né : l’accueil de bébé 👶🏻

2016-04-01

Depuis une quarantaine d’années, le fœtus et le nouveau-né font inlassablement l’objet de questionnements et de recherches concernant leur sensorialité et leurs compétences. Les neurosciences, en plein essor, nous permettent de mieux comprendre le comportement du tout petit afin de répondre au mieux à ses besoins et d’accompagner au les émotions qui sortent d’un système nerveux très immature. Il est vrai que la recherche médicale au début du XXe siècle avait tout misé sur l’hygiène et sur la lutte contre les maladies et la mortalité infantile au travers d’une « puériculture » rigide, fondée sur les calculs, les mesures et laissant peu de liberté aux parents. Quels chamboulements avons nous pu observer ces dernières décennies.
Aujourd’hui, bon nombre de parents choisissent d’observer leur enfant et de comprendre ses besoins propres (y compris pendant sa vie fœtale) afin de s’y adapter. Après avoir pris acte des principaux dangers qui le menacent, ils tentent de l’assister, puis de lui montrer les chemins qu’il peut prendre, laissant de côté les gestes systématiques, pas si rassurants que cela chez l’enfant bien portant. Mais la période néonatale est déstabilisante. La fatigue maternelle (physiologique et hormonale) et l’impression « d’extrême fragilité » émanent du bébé mettent à rude épreuve la confiance en soi de jeune parent.

EN RECONNAISSANT LES NOMBREUSES CAPACITÉS DE CE PETIT ÊTRE AVEC LEQUEL VOUS AVEZ COMMUNIQUÉ PENDANT PLUSIEURS MOIS ET QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE À CONNAÎTRE, VOUS VOUS FACILITEREZ PEUT-ÊTRE LA TÂCHE…

1. En salle de naissance : du fœtus au nouveau né :
Le moment de la naissance est pointé du doigt comme étant celui de tous les dangers. C’est ancré dans notre conscience collective depuis des générations au point que le mot « souffrance fœtale» est resté longtemps dans le vocabulaire des salles de travail. A notre époque, les grossesses sont suffisamment surveillées pour permettre de statuer de quelques mois à quelques minutes avant la naissance d’un bébé sur les risques encourus pendant sa venue au monde, afin de prendre les mesures adaptées pour l’accueillir. Le plan de périnatalité de 1994 a permis de classer les maternités en niveaux correspondant au degré de soins nécessité par l’enfant :

==> Niveau 1 : grossesse normale, accueil de bébés en bonne santé et à terme (à partir de 36 SA). Pédiatre sur place ou d’astreinte. Soins d’urgence réalisables à tout moment (appel en anténatal lors des accouchements compliqués et des césariennes).
==> Niveau 2a : grossesse à risque ou pathologique, accueil de bébés nécessitant des soins à la naissance et/ou prématurité à partir de 32 SA (sans assistance respiratoire) - unité kangourou (au cœur de la maternité) ou services de néonatalogie.
==> Niveau 2b : grossesse à risque ou pathologique, accueil bébés nécessitant des soins à la naissance et/ou prématurité à partir de 32 SA (avec assistance respiratoire légère) – services de néonatalogie.
==> Niveau 3 : grossesses pathologique et/ou prématurité inférieure de 32 SA (ou avec assistance respiratoire lourde) – service de réanimation.
==> Maternités incluses dans des hôpitaux pédiatriques (où les spécialités médicales ou chirurgicales spécifiques à la pathologie diagnostiquée en anténatal ou en post-natal sont représentées). A Paris intra-muros : Hôpitaux Necker-enfants malades (7ème arrondissement), Trousseau (12ème arrondissement) et Robert-Debré (19ème arrondissement)

Lors d’une naissance naturelle à terme, le petit va « vivre » les contractions utérines et le passage, puis s’adapter seul à son nouvel environnement. Le personnel médical est là pour s’assurer qu’il en est capable et laisser aux parents la joie de l’accueillir sereinement. Pendant un moment, le temps que son cordon cesse de battre, il n’est plus tout à fait fœtus mais pas encore complètement nouveau-né.
Voici les principales adaptations physiologiques du nouveau-né à terme qui a vécu une naissance naturelle, ainsi que les gestes médicaux courants devenus systématiques sous l’impulsion des pédiatres néonatalogistes aux alentours de 1960, y compris aux nouveaux-nés en bonne santé afin de mettre en œuvre toutes les mesures de prévention.

VIE FŒTALE NORMALE À TERME:
- Milieu aquatique à 37°c.
- Poumons non fonctionnels (mais matures, remplis d’un liquide tensioactif permettant aux alvéoles de s’ouvrir), cage mobile. Oxygéné par le placenta.
- Circulation cardiaque fœtale. (passage de sang entre les oreillettes, canal artériel)
- Coloration cutanée normale=bleutée (saturation sanguine en oxygène normalement basse).
- Alimenté en nutriments en permanence par le placenta.
- Pas de digestion, mais accumulation dans le tube digestif d’une matière verdâtre et gluante : le méconium.
- Reins non fonctionnels. Remplis d’urines fœtales (formant en partie le liquide amniotique).
- Peau recouverte d’une crème grasse protectrice : le vernix caseosa, s’atténuant à l’approche du terme et disparaissant à terme dépassé.
- Hormonalement, fœtus soumis aux hormones de grossesse comme sa mère.
- Yeux : ouverts et fermés dans la vie fœtale, aquatique, dans sa poche « stérile ».
- Sensorialité et émotions développés dès 4 mois de grossesse et affinées tout au long de la vie fœtale.

VIE NÉONATALE (bébé à terme et de poids normal):
- Milieu aérien de 19 à 24°c
- Régulation thermique (autonome après 2 à 3 jours/
- Graisse brune (stockée sous la peau, le long de la colonne et les surrénales).
- 1ère respiration réflexe par compression mécanique et phénomènes physico-chimiques (+/_ cri immédiat)
- Voies aériennes se dégagent (eternuement)
- CALMAGE DU CORDON => Circulation cardiaque néonatale (fermeture des communications canal artériel à J3)
- Coloration normale=rose
- Doit s’alimenter par voie orale à la demande (car stocke de glycogène dans le foie)
- Émission de son méconium (favorisée par le colostrum qui est la substance qui s’écoule des seins avant la montée de lait)
- Émission des urines parfois dès la naissance ou dans les 1ères 24h.
- Sur sa peau: présence d'une crème odorante et protectrice. Son odeur rassure le bébé. Absorbée rapidement par la peau qui s’assèche au contact de l’air et à la chaleur. Le bébé « pèle » lorsqu’il a peu de vernix.
- « Crise génitale » liée au sevrage d’hormones maternelles dans les jours suivant la naissance.
des petits tétons durs ou mammite (fréquent) (chez filles et garçons)
Des petites règles chez les filles (rare)
De l’acné du nourrisson (fréquent)
- Ouvre ses yeux dans la pénombre. Fixe son regard à 20-30 cm (visage des parents).
- Parfois canal lacrymal étroit :=> production de saletés
- Maintient des conditions favorisant la sécurité et la sérénité du nouveau-né. Se garder de le troubler par des sons, des lumières, des odeurs fortes. Favoriser le peau à peau au maximum, même si la température du bébé est basse (son parent a une température d'au moins 37°.

« PETITES » INTERVENTIONS À LA NAISSANCE:
- Le sécher et le réchauffer (PEAU à PEAU+++). Bonnet sur la tête. Pièce bien chauffée jusqu’au 3ème jour de vie et surveillance de la température du bébé (au minimum avant le bain). Puis, le bébé garde les mains froides mais régule bien sa t°.
- Parfois stimulation et/ou désobstruction par le nez et par la bouche (avec un tuyau très fin – ou sonde - relié à une machine à aspiration douce). Vérification de la perméabilité des choanes (narines).
- Surveillance de la coloration cutanée et auscultation. Palaption des pouls fémoraux à J 3.
- Pas d’intervention tant que le cordon bat (vit encore au rythme fœtal = coloration bleue). Surveillance +/- oxygène (petites "lunettes")
- Mise en condition pour une première tétée précoce s’il en exprime l’envie, au plus tard 2h après (sein ou biberon)
- Massages abdominaux si retard d’émission du méconium (après 48h). Positionnement en flexion si apparition de gaz douloureux.
- On vérifie que le jet d'urines est franc (notamment chez le garçon).
- Eviter le premier bain dès la naissance pour préserver son rôle. S’il reste du vernix au niveau des plis, on le laisse.
- Il peut être nécessaire d’enduire la peau de bébé d’une crème hydratante.
- Rien à faire en général pour limiter la crise génitale.
- Instillation systématique dans les yeux de collyre à la naissance (à l’origine pour prévenir du gonocoque), puis soins quotidiens au sérum physiologique
- Parfois nécessité de masser l’angle interne de l’œil (en faisant très attention à l’hygiène)
- Instauration de soins respectueux et doux: Pesée, mesure de la taille et du périmètre crânien, prise de température, examens complets si possible lorsque l’enfant est réveillé, bain lorsque c'est nécessaire, prises de sang après ingestion de glucose pour éviter la douleur.

Au cours de la rédaction du projet de naissance, les parents peuvent demander qu’une attention particulière soit portée aux soins d’accueil du bébé, notamment qu’ils soient réalisés sur le ventre de la maman ou en présence chaleureuse du papa, dans une atmosphère feutrée, mais également que ne soient prodigués que les soins nécessaires.

2. Le nouveau-né à la maternité : examens et soins initiaux.
La maman et l’enfant quittent la salle de naissance dans les meilleures conditions et si tout va bien 2h après la naissance pour le service des suites de couches. Le séjour est en moyenne de 3 à 4 jours pour un premier enfant et 2 à 3 jours lorsque la maman a déjà l’expérience de la parentalité. Ce séjour est l’occasion :

• D’EXAMINER ENTIÈREMENT LE NOUVEAU-NÉ à plusieurs reprises pour repérer s’il est porteur d’éventuelles anomalies ou malformations et les prendre en charge au moins en partie durant le séjour.
o Examen cardio-pulmonaire
o Examen staturo-pondéral
o Examen morphologique (osseux et viscéral)
o Examen neurologique
o Examen sensoriel (notamment le test auditif = oto-émissions proposé à la maternité ou à la sortie)

• De diagnostiquer une MALADIE NÉONATALE et entreprendre une surveillance et/ou un traitement approprié:
o Infection néonatale
o Jaunisse par incompatibilité sanguine
o Troubles de régulation thermique (contrôle quotidien de la température avant le bain), glycémique (taux de sucre dans le sang), calcémiques (taux de calcium dans le sang), anémie (taux de globules rouges et d’hémoglobine), etc.
o De pratiquer LE TEST DE GUTHRIE à la recherche de 5 maladies génétiques à partir de 66h de vie (ce test qui consiste à recueillir quelques gouttes de sang du bébé au talon sur un buvard peut être réalisé au domicile):
•Mucoviscidose
•Hypothyroidie
•Phénylcétonurie
•Hyperplasie des surrénales
•Anomalies de l’hémoglobine chez certaines populations (drépanocytose)
Cf document « 3J_le dépistage néonatal_4.PdF » http://www.afdphe.org/sites/default/files/3J_le dépistage néonatal_4.pdf

• De s’assurer que son ADAPTATION NÉONATALE sur plusieurs jours se fait normalement et que les parents savent prendre en charge les soins de base et l’alimentation :
o Évolution cardio-vasculaire normale (on doit refaire une auscultation cardiaque à J3 et sentir les pouls fémoraux)
o Démarrage de l’alimentation et apparition du transit (émission méconium les 2 premiers jours puis « selles de lait ») et des urines.
o Contrôle de la perte de poids physiologique (jusqu’à 10% de son poids de naissance) avec une reprise qui doit s ‘amorcer avant la sortie. Le bébé est pesé tous les jours.
o Fonctionnement hépatique : on peut voir apparaître une jaunisse (ou ictère) physiologique après 48h de vie susceptible de nécessiter un traitement de photothérapie (lampes bleues) et de repousser la sortie. La couleur de la peau du bébé est contrôlée tous les jours à l’aide d’un appareil appelé bilirubinomètre ou « flash ».
o Comportement normal, interactions avec ses parents. Attachement : dès sa naissance, l’enfant utilise préférentiellement le regard pour attirer l’attention de l’adulte, et ce, jusqu’à trois mois environ.
o Montrer les soins quotidiens et de les faire effectuer par les parents :
•prise de température
•bain
•soins des yeux et du visage
•lavage du nez
•soins du cordon ombilical
•changes et soins du siège
•L’administration des vitamines par la bouche (vitamine D : 1000 à 1200 UI/j au quotidien pendant 18 à 24 mois; vitamine K1 : 2mg (à l’aide d’une micropipette) à la naissance, à J7 et à 1 mois de vie).

• D'EXPLIQUER LE SUIVI DU NOUVEAU-NÉ EN VILLE :
o Visites de la sage-femme la première semaine (+/- poursuite du suivi au delà en cas de besoin, notamment pour l’accompagnement de l’allaitement maternel ou du lien parent-enfant)
o Consultation par le médecin généraliste ou le pédiatre en vue de l’organisation des vaccinations http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1175.pdfet du suivi du développement staturo-pondéral et psychomoteur. Si besoin, orientation vers un spécialiste ou prescription d’un examen supplémentaire (par exemple, échographie des hanches, échographie cardiaque, etc).
o Orientation vers un pédiatre spécialisé dans le cadre du dépistage organisé des surdités (si non fait à la maternité)
o Relais en PMI (centres de protection maternelle et infantiles) pour la pesée 1 à 2 fois par semaine ou le suivi mensuel.
http://allopmi.fr/paris-75/paris.html

3. Le premier mois à la maison : le nouveau-né dans son environnement.
(En cours de rédaction)
« La période pendant laquelle le nouveau né est capable d’attention est très faible au cours d’une journée et s’accroit à mesure que l’enfant grandit. Elle ne peut excéder 5 minutes la première semaine et une demi-heure à un mois. La somme en 24 heures ne dépasse pas 30 minutes la première semaine » (Dr Monique Robin dans Les Cahiers du nouveau-né n° 5, l’Aube des sens, 1981)

La réactivité, la sensorialité et la durée d’éveil du tout nouveau-né est variable. Le déroulement de la grossesse, de l’accouchement (durée, utilisation ou non de médications, par exemple) ainsi que l’accueil de l’enfant au cours des premières heures de sa vie extra-utérine jouent certainement leur rôle.


4. La première année : le nourrisson qui découvre le monde.
(En cours de rédaction)


BIBLIOGRAPHIE
- Dr Marie Thirion, "Les Compétences du nouveau-né", éd. Albin Michel, 1999.
- Dr Marie Thirion, "Le Sommeil, le rêve et l'enfant - De la naissance à l'adolescence", éd. Albin Michel, 1999.
- Geneviève Delaisi de Parseval & Suzanne Lallemenand, "L'Art d'accommoder les bébés", éd. Poches Odile Jacob, 1998.
- Dr Philippe Grandsenne, "Bébé dis-moi qui tu es", éd. Marabout.
- Frédérick Leboyer, "Shantala - Un art traditionnel, le massage des enfants", éd. Seuil, 1976 (Réédition avec DVD).
- Jean Liedloff, "Le concept du continuum : A la recherche du bonheur perdu", édition Ambre.

GUIDES PRATIQUES "SOINS DU NOURRISSON":
- I. Gambet-Drago, D. Leyronnas, D. Belforti, J.-M. Briand, C. Arizi, A. Benoit, "Le guide de mon bébé au naturel", éd. Nathan, 2010. (épuisé, cherchez en bibliothèque ou d'occasion)
- Dr Christine Coquard, Catherine Piraud-Rouet: "Mon bébé mois par mois 0-1 an", éd Nathan, 2012.
- Sophie Dumoutet, Dr Corinne Dodelin-Bricout: "Mon bébé en toute sérénité - le guide bienveillant pour le bébé et sa maman de la naissance à 3 ans", éd. Prat, 2014.

VIDÉOS ÉDUCATIVES:
- Le monde caché des bébés https://vimeo.com/9490665

- Shantala (film de Frédérick Leboyer - extrait) https://www.youtube.com/watch?v=PDEQYUSpvng

- How To Calm A Crying Baby (comment calmer un bébé qui pleure) - Dr. Robert Hamilton Demonstrates "The Hold" https://www.youtube.com/watch?v=j2C8MkY7Co8

Retour en haut de page