Actualités

Les suites de couches 💆

2016-04-01

Article de Sylvie Eskénazi.

Cette période suit la délivrance du placenta et s’étend jusqu’au retour de couches, ou premières règles après l’accouchement, pouvant survenir de façon aléatoire entre J45 et quelques mois après l’arrêt de l’allaitement. Durant cette période, vous pouvez être à nouveau fertile dès le mois qui suit la naissance.
- La chute brutale des hormones placentaires et de la progestérone participe grandement aux bouleversements physiques et psychologiques qui suivent la naissance de votre enfant.
- C’est pourquoi il faut impérativement trouver parmi le personnel hospitalier et dans votre entourage proche des ressources précieuses en matière de conseils, d’assistance pour vous-même et votre bébé. La participation du papa est primordiale (le congé paternité est une grande avancée).
- Apprenez surtout à ne pas vous négliger au profit de ce dernier : savoir être mère tout en redevenant femme. C’est le secret des suites de couches bien vécues.


🏥 À la maternité :

Juste après l’accouchement et l’expulsion du placenta, vous serez surveillée durant 2 heures en salle de naissance, vous et votre enfant. Cela permet de s’assurer que les paramètres médicaux sont satisfaisants.
Pour le couple, c’est un moment privilégié pour amorcer ou poursuivre les liens d’attachement avec le nouveau-né. Rassurez-vous, le personnel saura se faire discret le cas échéant, mais restera disponible pour vous aider à les renforcer, si nécessaire. La disponibilité des soignants est grande en cas de besoin ou de question. C’est aussi le moment idéal pour la première tétée au sein ou au biberon…
Une fois dans votre chambre, vous serez, selon votre mode d’accouchement, plus ou moins rapidement autonome dans votre propre prise en charge et les soins au bébé.

Outre les constantes, la sage-femme surveille quotidiennement :

1) Les pertes vaginales (Lochies)
-Très abondantes et rouge vif pendant 2 jours. Parfois avec des caillots (à signaler)
-Ne doivent pas être malodorantes
-Parfois accompagnées de contractions utérines, surtout pour les multipares (les tranchées : traitées par un antalgique type Paracétamol et/ou anti-inflammatoire type Ibuprofène ou Ketoprofène, compatibles avec l’allaitement maternel)
-Puis, les pertes diminuent en une semaine (comme des règles, de couleur rosée« séro-sanglantes »)
- Deviennent légèrement teintées et peu abondantes jusqu’à la fin du 1er mois environ
- Parfois, une recrudescence de saignement rouge apparaît vers J21: le « petit retour de couches »
Les bains (baignoire ou piscine) sont en principe déconseillés tant qu’il y a des lochies (tant que le col utérin n’est pas refermé). Les tampons également sont à proscrire jusqu’au retour de couches.

2) L’involution utérine
L’utérus se rétracte sous l’action de contractions utérines. Il est à mi-chemin entre nombril et pubis vers J5, derrière le pubis vers J10. Ce phénomène est plus rapide en cas d’allaitement maternel car les contractions sont plus fréquentes (au cours de la tétée).

3) La miction
L’évacuation des urines doit se faire naturellement dans les heures qui suivent l’accouchement, afin de ne pas contrecarrer la rétraction utérine. La chute hormonale a pour conséquence l’augmentation de la diurèse. Le corps va en effet éliminer les œdèmes (eau dans les tissus) accumulés pendant la grossesse, sous forme de mictions fréquentes et abondantes.
Attention à vous faire accompagner lors du premier lever.
Le périnée, par contre, vient de s’étirer au maximum. Il est tout à fait normal de ne pas arriver à se retenir facilement dans les jours qui suivent l’accouchement.

4) Le transit intestinal
Le plus souvent, blocage fonctionnel de 3 jours, joint à l’appréhension pour celles qui ont des points ou des hémorroïdes. Boire beaucoup d’eau peut ramollir les selles, prendre son temps et adopter une bonne position (la plus proche possible de l’accroupissement en surélevant les pieds et en se penchant en avant) et surtout, ne pas laisser passer la première envie. Peuvent aider :

Un grand verre d’eau le matin (Hépar si besoin)
1 c. à s. de graines de lin trempées 12h dans de l’eau oudu jus + 1 pruneaux. Bien mastiquer et boire l’eau.
Le psyllium (graine fine) ½ puis 1 c. à c. dans un grandverre d’eau ou de jus = « laxatif de leste ».
Une alimentation riche en fibres et équilibrée et d’uneactivité saine (marcher un peu).
En cas de crainte, se faire aider par un suppositoire rééducateur et non irritant.
Une respiration adaptée expliquée par la sage-femme.

5) Les hémorroïdes
Souvent gênantes elles seront surveillées et traitées :

ttt local crème ou suppositoires +/- veinotoniques (Homéopathie« Aesculus composé » ou phytothérapie « Intrait de marron d’Inde »)
+ Bains de siège d’eau tiède avec qq gttes d’huile essentielle de Cyprès et de Lavandin.
Exercices du périnée expliqués par la sage-femme.
Surtout lutter contre la constipation (cf plus haut).

6) Le périnée
Les points sur le périnée ne sont pas systématiques. Ils dépendent :
- De votre anatomie (distance entre la vulve et l’anus) et du volume de la tête du bébé
- De votre poussée sur le périnée (favoriser la poussée en expirant, bien le relâcher)
- De la qualité des tissus (meilleure qualité et vascularisation avec exercices quotidiens, éventuellement massages à partir de 35SA avec Cuprum metallicum 1DH ou Huile spécifique.
- De la technique de l’accoucheur(euse)

Les éraillures peuvent ne pas nécessiter de points et la cicatrisation se fait seule.
L’épisiotomie : n’est pas ressentie lors de l’incision, en raison de la compression des tissus par la tête. Elle est recousue sous anesthésie locale.
Les points sont résorbables à l’intérieur, à retirer à J5 à l’extérieur si non résorbables.
Elle est désagréable les premiers jours (traitement anti-inflammatoire possible si pas de contre-indication – attention à l’estomac), cicatrisée et normalement indolore après 2 à 3 semaines.

Soins des premiers jours : savon doux surgras 1 fois par jour à la douche (si possible après les selles). Se rincer à l’eau et tamponner doucement après la miction. Laisser à l’air dès que possible (aumoins 1 heure le soir). Serviettes hygiéniques tout coton et épaisses à changer toutes les 2-3h, culotte en coton (ou en filet pour favoriser l’aération). Normalement, pas de nécessité de soins avec antiseptiques après la sortie +/-Eosine +/- cataplasmes d’argile surfine (pour sécher). Les bouées sont déconseillées. Préférer vous asseoir sur un coussin mou ou bien sur le côté au début.
NB : Lors de votre toilette, évitez les gels douche et déodorants parfumés, ne vous parfumez pas pendant quelques temps, c’est important pour que votre bébé trouve ses repères.

Les soinslocaux à l’aide de l’EAU D'HAMAMELIS sont très appréciés (rafraichissant, antiseptique, antalgique) et/ou de cataplasmes d’argile verte surfine Montmorillonite hyperventilée régulièrement changés.

Soins à distance de l’accouchement : massages pratiqués en séance rééducation périnéale à répéter à la maison. Si la reprise de l’activité sexuelle est appréhendée, commencer par les caresses, sans pénétration (le muscle en se contractant peu tout de même révéler une tension lors de l’orgasme). Le frottement lors de la pénétration peut être accentué si la lubrification est insuffisante : utilisez un lubrifiant (il y a une chute hormonale physiologique après l’accouchement, ce qui peut freiner le désir).

7) Le Baby Blues
Touchant environ 8 jeunes mamans sur 10, le baby blues est du à la chute hormonale, au manque de sommeil, au stress d’adaptation à votre rôle de maman, à la sensationde « ventre vide », pour certaines, à la transformation pour le premier enfant de « fille de ma mère en mère de mon enfant ».
Des facteurs physiologiques se rajoutent au travail de l’inconscient.
Durée: 1 à 3 jours, parfois un peu plus.
Facteurs déclenchant: diverses contrariétés, parfois le départ retardé de la maternité, souvent la jaunisse du bébé, une douleur qui débute.
Souvent, l’euphorie des premières heures camoufle les sensations désagréables alors ressenties avec un effet « retard » à J3-J4, au maximum de la fatigue.
Tentez de vous reposer dès le début, même si vous n’arrivez pas à dormir, fermez les yeux et faites des séries de respiration.
Manifestations : pleurs incontrôlables, émotions +++ en regardant son bébé, sentiment que la tâche est insurmontable…
Pas d’inquiétude. Remède : sommeil +++. Parler à la sage-femme et à l’équipe, limiter les visites, savoir s’entourer, faire rester le papa le soir le plus longtemps possible.

Fleurs de Bach : RESCUE. 3 gouttes sous la langue à chaque fois que le besoin s’en fait ressentir (urgence) ou à plus long terme : 4 gouttes diluées dans 30cc d’eau de source : 4 gouttes matin, midi, à 16h et le soir (TTT de fond)..
Homéopathie : Arnica Montana 15CH (1 dosette par jour pendant 2 jours) puis en 7CH (3granules, 3 fois par jour).

Recours éventuel à un entretien psychologique.
Au retour à la maison, se faire aider au maximum pour les tâches ménagères.

8) Les visites
Peuvententrainer de la fatigue++ par surcharge. Elles peuvent gêner la mise en route de la relation avec votre bébé, si elles sont trop nombreuses, et que l’on vous donne trop de conseils divergents : sachez vous protéger.
Au besoin, mettez une pancarte sur la porte, mais surtout, ne prévenez que les très proches de la naissance du bébé durant le séjour à la maternité (surtout si le séjour a lieu en chambre double).

A LA MATERNITE, LA SAGE-FEMME DE SUITES DE COUCHES PASSE TOUS LES MATINS POUR LES SOINS, N’HESITEZ PAS A LUI POSER DES QUESTIONS.
LORS D’UNE SORTIE PRECOCE A J2 OU CLASSIQUE APRES J3,
LE PASSAGE D’UNE SAGE-FEMME A VOTRE DOMICILE PEUT ÊTRE ORGANISE PAR L’HOSPITALISATION À DOMICILE OU LE PRADO (SERVICE DE LA CPAM) MAIS VOUS POUVEZ TOUT AUSSI BIEN CHOISIR DE FAIRE APPEL A VOTRE SAGE-FEMME LIBERALE.
(PRISE ENCHARGE A 100% JUSQU’A J12)



🏡 Au retour à la maison et plus tard :

👪 VOTRE ORGANISATION :

1) Calez-vous sur le rythme de votre bébé :
- N’essayez pas de lui faire adopter votre propre rythme, il n’en est pas capable.
- Essayez de dormir quand il dort.
- Après les tétées, au sein ou au biberon, gardez-le contre vous : vous vous détendrez tous les deux.

2) Dès que vous pouvez, offrez-vous des moments de détente

3) Déléguez les tâches ménagères, faites-vous aider avec les aînés. Ne soyez pas exigeante sur la tenue de votre intérieur. Mettez vos visiteurs au travail : courses, repas (Faites-vous apporter des plats « faits maison », car vous n’aurez pas envie de cuisiner).

4) Enfin de grossesse, avancez les démarches administratives avant la naissance afin que les courriers (sécu, CAF, employeur, crèche, etc) n’aient plus qu’à être complétés et postés.

5) Limitez les visites au maximum (faites un message sur répondeur pour expliquer qu’il vous faut du repos…les vrais amis seront compréhensifs). N’hésitez pas à vous isoler ou à aller vous reposer même s’il y a du monde.

6) Faites dormir votre bébé à proximité de vous au début. Organisez-vous pour ne pas avoir à vous déplacer la nuit (changez bébé au bord du lit, placez les produits pour le change sur la table de nuit, allumez juste une petite veilleuse…)

7) Renseignez-vous auprès des services sociaux, de votre mutuelle, etc. sur les aides extérieures dont vous pouvez bénéficier.

🙎 VOTRE CONSULTATION POST-NATALE :
La jeune accouchée est encouragée à faire sa consultation post-natale à la maternité ou auprès du praticien de ville entre 6 et 8 semaines après la naissance du bébé en fonction des modalités de l’accouchement. Elle est PRISE EN CHARGE A 100%.
Suite à une naissance par les voies naturelles, une sage-femme est tout à fait habilitée à pratiquer cette consultation.
C'est un temps particulièrement adapté pour
- revenir sur le déroulement de votre accouchement, le vécu que vous en avez eu en couple, recueillir des informations qui vous auraient échappé.
- prescrire la contraception qui vous est le mieux adaptée, la rééducation post-natale, les examens gynécologiques de prévention.
- vous accompagner dans votre allaitement ou votre sevrage.
- envisager vos perspectives futures concernant votre vie de femme, votre sexualité, vos maternités futures.

💃 VOTRE PERINEE ET VOTRE DOS :
Le périnée est affaibli par l’imprégnation hormonale et par la distension qu’il a subi lors de la grossesse et du passage du bébé.
Les autres muscles n’exercent plus leur rôle de maintien. La sangle abdominale, en particulier est relâchée.
Le bassin a peut-être subi un important déséquilibre et ne s’est pas remis spontanément (douleur du coccyx, bassin en « contre-nutation » avec bombement du sacrum, sciatalgies, pubalgies et cruralgies…). Les ligaments qui retiennent les organes pelviens et les muscles périnéaux sont en étirement, le travail musculaire se fait différemment.

Il est trèsimportant de respecter les règles d’or :
1) Faire le moins d’effort possible :
-restez allongée le plus souvent possible durant les premiers jours.
-évitez les stations debout prolongées.
-ne portez rien d’autre que votre bébé (nacelle, poussette…), évitez de soulever votre aîné.
-faites-vous aider au maximum lors des manipulations de matériel et pour les courses.

2) Adopter une bonne position au cours des efforts pour éviter de pousser sur le périnée
-en soulevant bébé, pliez vos genoux et déplacez les fesses vers l’arrière en balançant le haut du corps vers l’avant. Gardez le bas du dos droit et la colonne vertébrale étirée.
-en vous redressant, poussez sur le sol par la force des cuisses et déroulez le dos
-accompagnez mentalement l’effort par un mouvement de BAS en HAUT, en serrant le périnée, en expirant sur l’effort
-ne jamais pousser, même sur les toilettes : modifiez votre position et votre respiration.
-en vous mobilisant, limitez le travail des abdominaux grands-droits.

3) Adopter une bonne position en portant bébé
- ne cambrez pas, ne poussez pas le ventre vers l’avant
- en portant une charge, basculez votre bassin vers l’arrière (pubis orienté vers le nombril)
- portez une ceinture pelvienne pour vous aider à bien tenir votre bassin.
- en portage en écharpe ou en porte-bébé, portez votre enfant haut, sa tête sous votre menton.

4) Faire quelques exercices dès le retour de la salle d’accouchement
- resserrage du bassin avec l’écharpe avant de mettre un pied par terre (avec votre conjoint) selon les explications de la sage-femme
- « Aspiration diaphragmatique » pour remonter les organes
- exercices du périnée en « demi-pont » selon les explications de la sage-femme.

5) Faire la rééducation périnéale sans trop attendre si la prescription vous a été faite devant des signes évocateurs (par questionnaire ou à l’examen).
- même si vous ne pouvez pas prévoir les rythmes de votre bébé, vous vous rendrez chez la sage-femme avec lui.
- c’est une bonne occasion de vous occuper de votre corps.
- c’est le moment de vous recentrer sur vos rapports de couple.
- bien que la rééducation périnéale ne soit pas obligatoire, vous ne pourrez envisager un travail des abdominaux qu’avec la certitude que votre plancher pelvien est fonctionnel.
Ces séances se commencent au plus tôt 6-8 semaines après l'accouchement, mais peuvent aussi se faire plus tard si vous n’avez aucun signe et que vous préférez attendre un peu. Fuites d'urines, envies pressantes, sensation de pesanteur dans le bas ventre, etc., ces séances peuvent être aussi l'occasion d'améliorer et guérir une cicatrice qui continuerait à être douloureuse et permettre de retrouver peu à peu toute la confiance et les sensations de votre corps "d'avant la grossesse".
La prescription sera en principe faite par votre médecin généraliste ou votre gynécologue (l’ordonnance est même souvent délivrée à la sortie de la maternité par la sage-femme). La sage-femme peut également vous la proposer dans les 3 mois qui suivent la naissance sans prescription de l’extérieur. Elle est pratiquée par une sage-femme ou un kinésithérapeute.

Les différents types de rééducation périnéale :
1 -Rééducation manuelle :
- La rééducation manuelle consiste à faire un toucher vaginal et indiquer par des pressions légères sur quel muscle orienter sa contraction. Cela permet ainsi de diriger ses efforts vers les muscles qui ont le plus besoin d'être travaillés.

- Une autre façon de travailler proposée par les sages-femmes formées en CMP© (ou Connaissance et Maîtrise du Périnée©), consiste en une suite d'exercices doux en s'aidant d'images spécifiques, qui amènent peu à peu à une prise de conscience beaucoup plus précise des différentes zones du périnée et de la poussée qui s’exerce dessus lors d’un effort (comme tousser, rire, porter une charges, etc.).
Une fois ces nouvelles perceptions acquises, la 2ème partie du travail, va consister à apprendre les mouvements de remontée rapide à faire avant ces efforts et s’y entraîner quotidiennement, jusqu’à l’automatisme.
Pour plus d'infos : http://www.institutnaissanceetformations.fr/INF/index3.php?page=20

2 -Rééducation avec sonde vaginale : électro-stimulation et biofeedback
- Une sonde vaginale est introduite dans le vagin et reliée à un appareil, souvent un ordinateur muni d'un écran de contrôle. Selon les cas, la sonde va envoyer une stimulation électrique sur les muscles du périnée pour les faire secontracter à un rythme et une intensité progressive, séance après séance. C'est la rééducation par électro-stimulation.
- Dans le cas suivant, le praticien demande à la patiente de serrer la sonde en essayant decontracter progressivement de plus en plus fort, de plus en plus longtemps. Sur l'écran de contrôle on peut suivre les progrès avec une courbe ou un autre schéma qui matérialise la force et la durée de la contraction. C'est la rééducation avec biofeedback.

3 -Travail personnel ou coaché :
- Il peut être conseillé de pratiquer une activité physique spécifique coachée par un spécialiste du post-natal en remplacement ou en complément d’une rééducation au cabinet (hors sécu):
- Hatha yoga, Pilates (adaptés au post-partum)
- Eutonie ou autres méthodes d’éducation somatique
- Gymnastique holistique
- Anti-gymnastique
- Gymnastique aquatique, etc.
- Vous pouvez également poursuivre votre rééducation par un travail à domicile avec l’aide de dispositifs éducatifs ou de renforcement musculaire (exercices de Kegel, sonde personnelle, électrostimulateur personnel, boules de geisha, cônes périnéaux, œuf de jade ou Yoni, etc.).
Le choix de la pratique se fait en collaboration de votre médecin ou de votre sage-femme.

6) Consultez un ostéopathe
-en cas de douleur.
-en cas de déséquilibre pelvien diagnostiqué par la sage-femme.
-de manière systématique si vous le souhaitez. La naissance provoque un grand chamboulement tissulaire et osseux.

👫 LA REPRISE DE LA SEXUALITE:
À votre convenance… vous mettrez plus ou moins de temps avant de reprendre les relations sexuelles. Si la fatigue est trop intense, vous n’en sentirez peut-être pas l’envie… Sachez donc confier votre enfant pour quelques heures, voire une soirée de temps à autre, à une personne de confiance.
Si la reprise de l’activité sexuelle est appréhendée, commencer sans pénétration (le muscle en secontractant peu tout de même révéler une tension lors de l’orgasme). Le frottement lors de la pénétration peut être accentué si la lubrification est insuffisante ou si la mobilité du bassin est limitée. Utilisez un lubrifiant (chute hormonale physiologique après l’accouchement, ce qui peut freiner le désir) et retrouvez votre souplesse par une gymnatique adaptée.
En ce qui concerne votre contraception, parlez-en à votre gynécologue ou à votre sage-femme, afin d’opter pour le moyen qui vous conviendra le mieux (même en cas d’allaitement maternel). Il est préférable de l'avoir envisagée bien avant la consultation post-natale (pourquoi pas même en cours de grossesse) au cas où votre activité sexuelle reprendrait avant, car vous êtes susceptible d'être à nouveau fertile un mois après l'accouchement c'est à dire avant le retour de couche.
IL EST DONC POSSIBLE D'ENCHAÎNER DEUX GROSSESSES SANS AVOIR EU SON RETOUR DE COUCHES!
Sachez aussi que l'on peut insérer un dispositif intra-utérin au cuivre dans les 48h suivant la naissance (très rarement fait en France, mais possible). Il faut alors se rendre à la maternité avec le dispositif.
(Cf.guide de la contraception http://www.choisirsacontraception.fr).

Retour en haut de page